Une cyber-attaque mondiale

Depuis le week-end dernier, soit vendredi plus précisément, une cyber-attaque mondiale nommée WannaCry a fait de nombreuses victimes dans plusieurs pays. On compte plus de 200 000 victimes dans à peu près 150 pays du globe. De plus une nouvelle vague nommée Adylkuzz a été repérée ce mercredi par des chercheurs de Proofpoint, une société informatique. Elle serait de bien plus grande envergure que l’attaque de vendredi dernier…

 

Qu’est-ce qu’une cyber-attaque ?

 

Une cyberattaque est un acte malveillant envers un dispositif informatique via internet.

 

Qui en est à l’origine ?

 

Une théorie éminente en ce moment soupçonne la Corée du Nord d’être impliquée dans cette menace.

Il semblerait que le Groupe Lazarus soit impliqué (Lazarus est une agence nord-coréenne de conseil en communication écrite et visuelle, également spécialisée dans la mise en œuvre de stratégies globales de communication). Les experts auraient trouvé un lien entre le groupe Lazarus et cette dernière attaque après une découverte du chercheur en sécurité de Google Neel Mehta. Il a trouvé des similitudes entre le code trouvé dans WannaCry* et le logiciel de piratage utilisé par le groupe Lazarus. De plus certains outils utilisés par des hackeurs nord-coréens auraient été trouvés ainsi que d’autres qui auraient été également créés par le Groupe Lazarus dans le passé... Donc pour le moment la Corée du Nord reste suspectée.

 

Qu’est ce que WannaCry ?

 

« WannaCry », un logiciel de rançon (« rançongiciel ») combinant pour la première fois les fonctions de logiciel malveillant et de ver informatique qui verrouille les fichiers des utilisateurs et les force à payer 300 dollars (275 euros) pour en recouvrer l’usage. La rançon est demandée en monnaie bitcoin, une monnaie virtuelle qui préserve l’anonymat de ses propriétaires. Selon le rapport officiel du gouvernement américain, 70.000 dollars ont été versés mais aucune donnée n’a été libérée.

 

Qui en sont les victimes ?

 

Les grands groupes mondiaux sont principalement visés. La fermeture de l’usine Renault de Douai en France en est un exemple. L’entreprise FedEx aux Etats-Unis. Ou encore les hôpitaux britanniques qui ont été touchés par l’incident, ce qui a même causé l’annulation ou le report de certaines opérations médicales.

Retour à l'accueil