Le 1er anniversaire des attentas du 13 novembre 2015

Vous le savez sûrement, mais dimanche dernier, le 13 novembre, la France a commémoré le premier anniversaire des attentats du 13 novembre à Paris, revendiqués par l'organisation Etat islamique, au cours desquels 130 personnes ont été tuées. Un hommage sobre s’est déroulé à Paris.

Que s’est il passé en ce jour d’anniversaire ?

Ce dimanche, exactement un an après les attentats de Paris et Saint-Denis, François Hollande, accompagné notamment du Premier ministre Manuel Valls, a refait l'intégralité du parcours des commandos terroristes du 13 novembre 2015. Il s'est d'abord rendu à Saint-Denis, aux abords du Stade de France, en compagnie du maire de la ville. Puis François Hollande a inauguré des plaques commémoratives, sur chacun des lieux touchés par les attaques dans la capitale, aux côtés de la maire de Paris, Anne Hidalgo. Des cérémonies sobres, sans discours.

 

Et au Bataclan ?

Les attentats ont fait 90 victimes pour la seule salle de concert du Bataclan. Là encore, la cérémonie, qui a duré une quinzaine de minutes, était remarquable par son recueillement. Les médias avaient d'ailleurs été priés de se faire discrets : les nombreuses chaînes de télévision présentes sur les lieux du drame avaient notamment l'interdiction formelle de filmer les visages des proches des victimes, sous peine d'être exclues.

Devant le Bataclan, le silence n'a été interrompu que par la lecture de la longue liste des noms des personnes décédées dans la salle de spectacle. François Hollande et la maire de Paris ont ensuite dévoilé des plaques commémoratives recouvertes du drapeau bleu, blanc, rouge. L’une d’elles apposée près de l’entrée de la salle, l’autre sera installée dans le jardin juste en face.

Ainsi, chacun pourra venir se recueillir dans un endroit propice à la mémoire. Beaucoup de proches des victimes, de voisins mais aussi des secouristes et des policiers ont assisté à la cérémonie. Egalement présent dans la foule : le chanteur des Eagles of Death Metal, le groupe qui jouait ce 13 novembre 2015 au Bataclan.

 

Qu’a fait l’association des survivants ?

Devant la mairie du 11e arrondissement de Paris, une association de survivants avait aussi organisé un rassemblement, qui avait débuté par deux morceaux de piano interprétés par une secouriste venue en aide aux victimes piégées par les terroristes l'an dernier. Une centaine de proches de victimes étaient venus se recueillir et François Hollande s'y est invité. La présidente de l’association, à l’origine de cette cérémonie, a pris la parole pour évoquer la douleur, la peine de ceux qui restent en vie. Puis une centaine de ballons de baudruche de toutes les couleurs a ensuite été lâchée dans le ciel pour laisser filer une partie de la tristesse et de la colère des victimes. C’était le sens de leur geste. La cérémonie publique s’est terminée en chanson, avec une chorale Gospel.

 

 

Le savais tu ?

La France n'a pas rencontré la Suède le dimanche 13 novembre, lors de la 4e journée du groupe A des qualifications du Mondial 2018 de football, a confirmé l’UEFA car la France est en deuil.

Les marchands de la haine

 

Ce matin, je me suis réveillé

Le cœur plein de chagrin et les yeux embrumés

Le corps engourdi comme paralysé

Par l'odeur du sang qu'on venait de faire couler.

Les lumières du ciel n'avait plus d'importance

Tous les yeux tournés vers la haine à outrance

Nos oreilles salies par les cris de la haine

Alors qu'on voudrait crier au monde, je t'aime.

Toutes ces âmes parties sans aucune invitation

Broyées un soir de fête, les bourreaux au balcon

Envolées en une seconde un soir bon à fêter

Au dessus de la foule, la mort survoltée.

Au détour des terrasses où on aime s'arrêter

Boire un verre, une tasse de thé ou de café

À refaire le monde et parler d'avenir

De ce que l'on a fait, où on voudrait partir.

Les ailes de l'enfer sont venues se poser

Leurs armes de sang portées comme un couperet

Pour enlever les vies d'un homme ou d'un enfant

Quand la haine se dévoile et laisse couler le sang.

Les rues se sont alors noyées de rouge

Dans ce soir de détresse où plus rien ne bouge.

Mais la peur ne gagnera jamais nos têtes

Sous le bruit des chansons nous ferons encore la fête

Nous gagnerons la vie en nous jamais la défaite

Entendez-vous la vie qui frappe à vos fenêtres.

 

Extrait du recueil de poésie «  je viens d'une île » de la Maison d'édition Saint-Honoré, écrit par IEFA Thierry (Août 2016)

Retour à l'accueil